samedi 31 janvier 2015

Chronique #178 : Toi et moi à jamais d'Ann Brashares

 
INFOS :
 
→ Titre : Toi et moi à jamais
→ Auteure : Ann Brashares
→ Edition : Gallimard
→ Nombre de pages : 336
→ Prix : 13 euros
 
→ Résumé : Riley, Alice et Paul. Les deux sœurs et l'ami d'enfance. Voici l'été de leurs retrouvailles. La côté Est des Etats-Unis, les maisons de vacances, les plages de l'île qu'on connaît par cœur. Et pourtant tout a changé. Ils ont vingt ans. L'amitié se trouble. Entre Alice et Paul, une attirance nouvelle s'installe. C'est alors que la tragédie frappe et vient changer le cours du destin...
 
 
MON AVIS :
 
L'intrigue : Alice et Riley sont deux sœurs complices et soudées depuis toujours. Elles sont amies avec Paul, ce garçon qui habite juste à côté de la maison de vacances des filles. Tous les étés, nos trois amis se retrouvent et partagent de forts moments. Mais le temps passe, chaque adolescent grandit, leurs relations s'effilochent, elles évoluent à mesure qu'ils deviennent adultes. Par ailleurs, un drame se prépare et rien ne sera plus jamais comme avant...
 
Les personnages : J'ai un avis assez similaire sur nos trois personnages principaux. Ils m'ont tous attendrie mais ils m'ont aussi tous énervée ! Alice est peut-être celle que j'ai le plus aimé. C'est une jeune fille qui paraît très fragile mais qui sait se montrer forte lorsqu'il le faut. Je me suis reconnue dans certaines de ses attitudes : le fait qu'elle reste discrète par peur de déranger ou encore le fait que lorsqu'elle aime, ce n'est pas à moitié. Mais parfois, j'aurais aimé qu'elle s'affirme un peu plus et qu'elle dise clairement ce qu'elle pense. Alice n'est pas la seule à ne rien dire, Riley et Paul sont également pas mal dans le genre ! En fait, il y a énormément de non-dits dans ce roman et cela m'a beaucoup agacée. J'aurais aimé qu'ils soient plus sincères les uns envers les autres et qu'ils arrêtent de se cacher des choses, importantes en plus. Ils se compliquent vraiment la vie !
Riley est un personnage très sympathique mais même si elle m'a émue, j'ai eu beaucoup de mal à supporter tous ses secrets. Malgré tout, c'est une jeune femme qui m'a épatée car elle croque la vie à pleines dents, peu importe les soucis qui peuvent la lui gâcher. Enfin, Paul. Ce qu'il a pu m'agacer à contrôler ainsi la vie d'Alice comme il l'a fait ! C'est un garçon assez froid, qui ne donne pas trop envie de chercher à le connaître. Mais avec les filles, c'est un garçon différent et j'ai adoré découvrir un Paul plus sensible et humain aux côtés d'Alice.
 
L'action/l'histoire : L'action est clairement mise de côté dans ce roman, ce sont les relations entre les protagonistes qui priment. Au début, j'ai trouvé le livre un peu lent, dur à démarrer, mais je m'y suis habituée et je me suis entièrement plongée dans les relations tumultueuses entre Paul, Alice et Riley. L'histoire est racontée principalement par Alice et Paul. Nous sommes plongés au cœur de leurs pensées et c'est vraiment une excellente chose car cela ajoute clairement de la profondeur aux personnages. L'auteure a vraiment pris son temps, nous découvrons au fur et à mesure leurs émotions, la façon dont cette relation amoureuse se construit. Même si les personnages m'ont parfois énervée, j'ai pris du plaisir à les découvrir en détails.
 
Le style/l'écriture : Ann Brashares écrit merveilleusement bien ! Certains passages sont splendides, poignants. Je reconnais que j'ai eu la gorge serrée un bon nombre de fois. Même si nous connaissons très bien les personnages, je trouve que le roman est écrit avec beaucoup de pudeur.
 
La couverture : La couverture est très jolie mais il ne faut pas s'y fier ! Toi et moi à jamais est loin d'être un simple roman d'amourettes à lire sur la plage !
 
En résumé : Ce fut une bonne lecture même si certains points m'ont dérangée. L'écriture d'Ann Brashares, comme lors de la saga Quatre filles et un jean, m'a conquise !
 
 
MA NOTE :
 
 
 
 
CITATIONS :
 
"Le plus frustrant avec les histoires d'amour, c'est qu'on ne peut pas les écrire tout seul."
 
"Quand on est amoureux, on se met à admirer de drôles de choses chez l'autre."
 
 
AUTRES AVIS :
 

samedi 24 janvier 2015

Chronique #177 : Cet instant-là de Douglas Kennedy

 
INFOS :
 
→ Titre : Cet instant-là
→ Auteur : Douglas Kennedy
→ Edition : Pocket
→ Nombre de pages : 697
→ Prix : 8,40 euros
 
→ Résumé : Ecrivain new-yorkais, Thomas Nesbitt, reçoit à quelques jours d'intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour.
1984. Parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio Liberty. Il rencontre Petra, sa traductrice. Entre eux, naît une passion dévorante. Peu à peu, Petra lui confie son histoire et le récit de son passage à l'Ouest. Thomas est bouleversé. Rien désormais ne semble pouvoir séparer les deux amants...
 
 
MON AVIS :
 
L'intrigue : Le roman commence avec l'arrivée d'un mystérieux paquet pour le personnage principal, Thomas Nesbitt. Mais l'adresse de l'expédition fait plonger Thomas dans ses souvenirs. L'essentiel de l'intrigue est un flash back, qui nous emmène à Berlin en 1984. Après avoir écrit un livre qui a connu beaucoup de succès sur l'Egypte, Thomas décide d'en écrire un nouveau sur Berlin et son terrible Mur. Il s'installe à Kreuzberg, un quartier où l'on trouve beaucoup de marginaux, chez un homme appelé Alastair, un peintre drogué. Thomas est engagé à Radio Liberty. Il y fait la rencontre de Petra, une femme avec laquelle il vivra beaucoup de choses, une femme qui bouleversera sa vie...
 
Les personnages : Nous nous retrouvons face à un trio de personnages, tous aussi attachants les uns que les autres. Ils semblent tous les trois très forts psychologiquement mais ils ont tous vécu des choses bouleversantes et ont appris à se construire à carapace pour se protéger des autres, pour se protéger de la vie. Thomas est un jeune homme qui rêve d'aventures et de découvertes. En arrivant à Berlin, dans cette ville coupée en deux, il va se retrouver confronter à un monde loin d'être rose, où la propagande et la délation sont les maitres mots. Mais dans ce terrible quotidien, il va d'abord rencontrer Alastair, son colocataire. Alastair est un personnage que j'ai beaucoup aimé même si au départ, on peut le trouver très excentrique, voire insupportable. C'est un peintre qui se drogue à l'héroïne et qui n'a pas la langue dans sa poche. Son franc-parler et ses habitudes de drogué sont parfois déconcertantes mais on finit par s'y habituer mais surtout par s'y attacher car comme les autres, Alastair a vécu d'horribles choses. Thomas mais aussi la rencontre de Petra, traductrice chez Radio Liberty. Le coup de foudre est immédiat et les deux amants vivent une relation passionnelle. Ils sont fous amoureux l'un de l'autre et ont des projets plein la tête. Comme Alastair et Thomas, Petra est un personnage très travaillé et donc passionnant. Plus j'en découvrais sur elle, plus je m'attachais à ce bout de femme.
Douglas Kennedy a vraiment fait un travail incroyable sur les personnages, leurs personnalités, leurs vécus. Ils sont tous extrêmement construits et c'est un plaisir de fou que d'en découvrir toujours plus sur eux.
 
L'action/l'histoire : Même si j'ai trouvé le début un peu long, j'ai été subjuguée par le roman, complètement passionnée. Une fois que l'action est lancée, le décor bien en place, c'est impossible de s'arrêter de lire. C'est un roman qui nous apprend énormément de choses sur la vie berlinoise lors de la Guerre Froide. Même si je connaissais déjà certaines choses grâce à mes cours d'histoire, j'ai fait de nombreuses découvertes car on se retrouve au cœur de la vie berlinoise dans les années 80. On découvre les actes sordides de la Stasi, tout le chantage fait, toutes les violences psychologiques exercées. C'était vraiment une époque terrible. J'ai donc adoré plonger dans ce Berlin sombre et froid. Bien sûr, les personnages ont joué un rôle capital dans mon enthousiasme pour l'histoire. Leurs personnalités travaillées au maximum font qu'on découvre toujours de nouvelles choses sur eux et qu'il y a un suspense incroyable !
 
Le style/l'écriture : Whouah. Douglas Kennedy écrit magnifiquement bien. Il a une écriture très poétique et certains passages m'ont fait versé une petite larme... J'aurais pu vous écrire de nombreux passages dans la catégorie "citations" tellement ce roman est bourré de jolies phrases et de passages émouvants.
 
La couverture : C'est une couverture jolie mais sans plus. Néanmoins, je trouve les couleurs très belles !
 
En résumé : Cet instant-là est le deuxième roman que je lis de Douglas Kennedy et c'est à nouveau une réussite. Je vous recommande grandement cet auteur si vous aimez les histoires bien construites, les personnages profonds et attachants et si vous n'avez pas peur des gros pavés !
 
 
MA NOTE :
 
 
 
CITATIONS :
 
"Voilà peut-être la question la plus difficile de toute l’aventure humaine : est-il réellement possible de toujours regarder en avant, comme on nous encourage sans cesse à le faire, ou bien devons-nous garder certains vestiges essentiels de notre passé, si douloureux soient-ils, comme un rappel que certains aspects de la vie nous transforment si profondément qu’ils nous habitent à jamais ? Pouvons-nous vraiment refermer la porte sur ce qui continue à nous hanter ?"
 
"Nous sommes incapables de changer l'histoire personnelle qui nous constitue. Nous sommes l'accumulation des paradoxes que la vie a mis sur notre chemin, stimulants ou atterrants, porteurs d'une lumière cristalline ou des plus denses ténèbres."
 
 
AUTRE AVIS :
 

samedi 17 janvier 2015

Chronique #176 : Pars loin de moi de Jessica Sorensen

 
INFOS :
 
→ Titre : Pars loin de moi
→ Auteure : Jessica Sorensen
→ Edition : Hachette
→ Collection : Black Moon Romance
→ Nombre de pages : 286
→ Prix : 15,90 euros
 
→ Mon avis sur le tome un.
 
→ Résumé : Ils se sont cherchés. Ils ont fini par se l’avouer. Ils s’aiment. Mais chacun doit suivre sa route. Ella est de retour à l’université tandis que Micha est parti sur les routes avec son groupe, dans lequel il est guitariste et chanteur. Ils essaient de se voir le plus possible, mais leurs retrouvailles restent rares. Loin de Micha, Ella est de nouveau sujette à de grosses déprimes et aux pulsions suicidaires qui ne l’ont jamais quittée. A chaque fois qu’elle le voit, Ella ne peut pas s’empêcher de se dire qu’elle va gâcher la vie de Micha avec ses problèmes, qu’il serait mieux avec une autre fille. Soudain, elle décide de le quitter pour le libérer. Le couple se sépare, mais Micha n’a pas dit son dernier mot…
 
 
MON AVIS :
 
L'intrigue : Nous retrouvons nos deux amoureux, Ella et Micha. Deux mois se sont écoulés entre la fin du premier tome et le début de ce second tome. Ella continue ses études à l'université de Las Vegas, en compagnie de sa meilleure Lila tandis que Micha, avec son groupe, est en pleine tournée. Ella a toujours du mal à accepter son passé et consulte une psy pour essayer de passer à autre chose et aller de l'avant. Beaucoup de doutes apparaissent quant à sa relation avec Micha. Ce dernier fait de son mieux pour prouver à Ella qu'ils sont faits pour être ensemble mais les choses sont bien plus compliquées que prévu...
 
Les personnages : J'ai complètement adoré Micha. Si je ne pouvais employer qu'un adjectif pour le qualifier, je choisirais l'adjectif "parfait" car c'est ce qu'il est. Micha est le copain idéal, vraiment. Il est fou amoureux d'Ella et il lui prouve son amour. C'est toujours un grand séducteur mais toute sa séduction va pour Ella, pour lui montrer que c'est la femme de sa vie. J'ai également beaucoup aimé Ella mais je dois vous avouer que par moments, je l'ai trouvée agaçante. Elle se pose énormément de questions sur sa relation avec Micha et a du mal à voir que c'est tout simplement la personne qu'il lui faut. J'ai eu envie de la secouer pour lui faire prendre conscience de cela et de la chance qu'elle a d'avoir  toujours quelqu'un à ses côtés, qui l'aime passionnément. Mais si on met ce détail de côté, Ella est tout de même un personnage auquel on s'attache facilement car c'est une jeune femme qui a déjà beaucoup souffert : on ne peut qu'être attendri par ce bout de femme brisée, en quête de reconstruction.
Pour ce qui est des autres personnages, il y a beaucoup de suspense autour de Lila et Ethan. Leur relation est très ambigüe, je me demande comment elle va évoluer ! Je les aime autant l'un que l'autre car ils sont très présents pour Ella et Micha. Ils sont toujours prêts à les suivre dans leurs aventures.
 
L'action/l'histoire : J'ai été très contente de retrouver Ella et Micha car ce sont deux personnages que j'aime beaucoup. J'avais hâte de voir comment leur relation allait évoluer. Les rebondissements m'ont bien plu même si j'ai trouvé l'ensemble assez prévisible. Parfois, l'action trainait en longueur, il ne se passait pas grand chose ; je me suis un peu ennuyée. En effet, c'est toujours le même schéma qui se répète : tout va bien entre Ella et Micha, cela se gâte, ils se réconcilient au lit puis il y a de nouveau de l'eau dans le gaz... Néanmoins, la fin m'a beaucoup plu et j'espère pouvoir lire le troisième tome très vite !
 
Le style/l'écriture : J'ai retrouvé le style simple mais agréable de Jessica Sorensen. C'est toujours très fluide. Mais comme je l'ai déjà dit, j'ai trouvé que ce second tome tournait un peu en rond et certains passages un peu trop "gnan-gnan". 
 
La couverture : La couverture est très jolie, la photographie représente assez bien les deux personnages principaux. D'un côté, nous avons une Ella qui essaye de lutter, indécise. De l'autre, nous avons un Micha complètement amoureux.
 
En résumé : J'ai bien aimé ce second tome même s'il manque d'action. Mais j'ai hâte de lire la conclusion de cette saga !
 
 
MA NOTE :
 
 
 
 
CITATION :
 
"Tout le monde a des problèmes. C'est juste que... certains en ont plus que d'autres. Et je pense que ce sont eux les plus forts. La souffrance les rend courageux, et plus ouverts à la peine des autres".
 
 
AUTRE AVIS :
 

dimanche 4 janvier 2015

Chronique #175 : Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès Martin-Lugand

 
INFOS :
 
→ Titre : Les gens heureux lisent et boivent du café
→ Auteure : Agnès Martin-Lugand
→ Edition : Pocket
→ Nombre de pages : 188
→ Prix : 6,20 euros
 
→ Résumé : Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l'exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Egarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l'existence. Afin d'échapper à son entourage qui l'enjoint à reprendre pied, elle décide de s'exiler en Irlande, seule.
Mais à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper...
 
 
MON AVIS :
 
L'intrigue : Le roman début in medias res, nous sommes immédiatement plongés dans l'action. Diane doit faire face à une terrible situation puisqu'elle vient de perdre son mari Colin et sa fille Clara dans un accident de voiture. Désemparée et complètement perdue, Diane va peu à peu se renfermer sur elle-même et plonger dans une routine qui la tue un peu plus chaque jour. Son ami Félix va bien essayer de la sortir de cette situation tragique mais Diane refuse toute aide. Cependant, elle décide de quitter sa triste vie quotidienne et d'emménager en Irlande, pays que Colin voulait découvrir. Un cottage loué à un très gentil couple devient son nouveau chez-elle. Cette nouvelle vie en Irlande promet bien des surprises à Diane...
 
Les personnages : Diane est un personnage auquel je me suis beaucoup attachée. C'est une jeune femme pour qui tout sourit : elle a un travail qui lui plaît, une famille qu'elle aime de tout son cœur, un meilleur ami formidable. Mais tout ce bonheur disparaît le jour où le mari et la fille de Diane décèdent dans un accident de voiture. C'est vraiment quelque chose d'horrible de perdre une personne qu'on aime énormément mais en perdre deux en même temps, c'est carrément inhumain et invivable... Surtout quand ces deux personnes sont celles qu'on aime le plus au monde. J'ai été tellement touchée par Diane. J'ai eu tellement de peine pour elle. Après l'accident qui lui a arraché ses deux amours, elle se mure dans un mutisme effrayant, s'enferme dans un quotidien terne, s'isole dans une vie sans but. Elle se laisse complètement aller, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. On pourrait lui reprocher de se laisser abattre comme elle le fait mais je ne le ferai pas car malgré tout, je l'ai trouvée hyper courageuse. Même si elle ne fait plus rien de ses journées, elle a tout de même fait le choix de vivre. Et je la trouve courageuse rien que pour ça. De plus, son départ pour l'Irlande la change complètement. Ce changement de vie est décisif, capital et sera la chose qui lui permettra de remonter la pente ou au contraire, de complètement sombrer. En Irlande, on découvre une nouvelle Diane. Une Diane capable de sourire, de s'amuser, de se disputer, de ressentir des émotions. Somme toute, une Diane capable de vivre.
J'ai beaucoup aimé tous les autres personnages également car ils sont très différents les uns des autres. Ils ont des caractères bien définis, allant parfois aux extrêmes. C'est le cas de Félix, le meilleur ami de Diane, un homme qui ne pense qu'à s'amuser mais qui est pourtant toujours présent pour l'héroïne. Edward est un homme vraiment très mystérieux, qui a longuement suscité ma curiosité. J'avais du mal avec lui au départ mais plus on apprend à le connaître, plus on comprend son drôle de comportement. Quant aux autres, Abby, Jack ou encore Judith, ils sont très sympathiques et sont importants pour Diane.
 
L'action/l'histoire : C'est l'histoire d'un deuil, d'une femme qui essaye de remonter la pente alors qu'elle a quasiment tout perdu. C'est aussi l'histoire d'une nouvelle vie, comment peut-on se reconstruire dans un autre pays que le sien, créer des liens avec des personnes complètement différentes de nous ? Les gens heureux lisent et boivent du café est le genre de livre qu'on commence mais qu'on ne peut plus lâcher tant il est addictif. Il se passe énormément de choses. Par ailleurs, il est assez court alors en quelques heures (malheureusement), on l'a terminé. Par contre, la fin m'a énormément surprise ! J'aurais préféré l'autre possibilité mais finalement, le choix de Diane est parfaitement compréhensible.
 
Le style/l'écriture : J'ai totalement accroché à la plume de l'auteure. On passe par plein d'émotions différentes au cours de notre lecture. En fait, je trouve l'écriture totalement sincère et authentique. Le livre ne tombe jamais dans le pathos alors qu'il est émouvant. L'auteure aborde avec une grande justesse le thème du deuil : elle est parfaitement dedans sans pour autant en dire trop. Je ne sais pas vraiment comment vous expliquer mon ressenti si ce n'est qu'en disant que dans ce genre d'histoire, il faut un juste milieu et l'auteure est parfaitement dedans. Il y a une chose que j'ai beaucoup aimé aussi. C'est le fait que Diane n'oublie jamais sa fille et son mari. Elle pense très souvent à eux. Elle reste entièrement fidèle à Colin. C'est tout simplement magnifique, et bouleversant.
 
La couverture : En plus du titre, la couverture est ce qui m'attirait énormément. Cette photographie, d'une femme assise à la terrasse d'un café, la cigarette à la main et le regard perdue dans le vide est juste poignante. Vous n'avez qu'une envie : découvrir ce qu'elle a traversé dans la vie, savoir ce qui fait qu'elle en est là.
 
En résumé : Ce roman est passé à un cheveu du coup de cœur, tout simplement car la fin m'a légèrement déçue. Mais c'est une excellente lecture, bouleversante, qui ne peut qu'émouvoir car n'importe qui se reconnaîtra à un moment ou à un autre en Diane, tout le monde a déjà perdu quelqu'un de très cher. Je vous recommande grandement ce roman. Merci à Mathilde du blog Ma Malle aux Livres car c'est grâce à cette dernière que j'ai découvert ce roman. C'est sa très belle chronique qui m'a fait ajouté Les gens heureux lisent et boivent du café à ma wishlist.
 
 
MA NOTE :
 
 
 
CITATIONS :
 
"J'étais simplement capable de profiter de petits bonheurs simples. C'était déjà ça, c'était déjà mieux."
 
" Et depuis un an, je me répétais tous les jours que j’aurais préféré mourir avec eux. Mais mon cœur battait obstinément. Et me maintenait en vie. Pour mon plus grand malheur."
 
 
AUTRES AVIS :