samedi 24 janvier 2015

Chronique #177 : Cet instant-là de Douglas Kennedy

 
INFOS :
 
→ Titre : Cet instant-là
→ Auteur : Douglas Kennedy
→ Edition : Pocket
→ Nombre de pages : 697
→ Prix : 8,40 euros
 
→ Résumé : Ecrivain new-yorkais, Thomas Nesbitt, reçoit à quelques jours d'intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour.
1984. Parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio Liberty. Il rencontre Petra, sa traductrice. Entre eux, naît une passion dévorante. Peu à peu, Petra lui confie son histoire et le récit de son passage à l'Ouest. Thomas est bouleversé. Rien désormais ne semble pouvoir séparer les deux amants...
 
 
MON AVIS :
 
L'intrigue : Le roman commence avec l'arrivée d'un mystérieux paquet pour le personnage principal, Thomas Nesbitt. Mais l'adresse de l'expédition fait plonger Thomas dans ses souvenirs. L'essentiel de l'intrigue est un flash back, qui nous emmène à Berlin en 1984. Après avoir écrit un livre qui a connu beaucoup de succès sur l'Egypte, Thomas décide d'en écrire un nouveau sur Berlin et son terrible Mur. Il s'installe à Kreuzberg, un quartier où l'on trouve beaucoup de marginaux, chez un homme appelé Alastair, un peintre drogué. Thomas est engagé à Radio Liberty. Il y fait la rencontre de Petra, une femme avec laquelle il vivra beaucoup de choses, une femme qui bouleversera sa vie...
 
Les personnages : Nous nous retrouvons face à un trio de personnages, tous aussi attachants les uns que les autres. Ils semblent tous les trois très forts psychologiquement mais ils ont tous vécu des choses bouleversantes et ont appris à se construire à carapace pour se protéger des autres, pour se protéger de la vie. Thomas est un jeune homme qui rêve d'aventures et de découvertes. En arrivant à Berlin, dans cette ville coupée en deux, il va se retrouver confronter à un monde loin d'être rose, où la propagande et la délation sont les maitres mots. Mais dans ce terrible quotidien, il va d'abord rencontrer Alastair, son colocataire. Alastair est un personnage que j'ai beaucoup aimé même si au départ, on peut le trouver très excentrique, voire insupportable. C'est un peintre qui se drogue à l'héroïne et qui n'a pas la langue dans sa poche. Son franc-parler et ses habitudes de drogué sont parfois déconcertantes mais on finit par s'y habituer mais surtout par s'y attacher car comme les autres, Alastair a vécu d'horribles choses. Thomas mais aussi la rencontre de Petra, traductrice chez Radio Liberty. Le coup de foudre est immédiat et les deux amants vivent une relation passionnelle. Ils sont fous amoureux l'un de l'autre et ont des projets plein la tête. Comme Alastair et Thomas, Petra est un personnage très travaillé et donc passionnant. Plus j'en découvrais sur elle, plus je m'attachais à ce bout de femme.
Douglas Kennedy a vraiment fait un travail incroyable sur les personnages, leurs personnalités, leurs vécus. Ils sont tous extrêmement construits et c'est un plaisir de fou que d'en découvrir toujours plus sur eux.
 
L'action/l'histoire : Même si j'ai trouvé le début un peu long, j'ai été subjuguée par le roman, complètement passionnée. Une fois que l'action est lancée, le décor bien en place, c'est impossible de s'arrêter de lire. C'est un roman qui nous apprend énormément de choses sur la vie berlinoise lors de la Guerre Froide. Même si je connaissais déjà certaines choses grâce à mes cours d'histoire, j'ai fait de nombreuses découvertes car on se retrouve au cœur de la vie berlinoise dans les années 80. On découvre les actes sordides de la Stasi, tout le chantage fait, toutes les violences psychologiques exercées. C'était vraiment une époque terrible. J'ai donc adoré plonger dans ce Berlin sombre et froid. Bien sûr, les personnages ont joué un rôle capital dans mon enthousiasme pour l'histoire. Leurs personnalités travaillées au maximum font qu'on découvre toujours de nouvelles choses sur eux et qu'il y a un suspense incroyable !
 
Le style/l'écriture : Whouah. Douglas Kennedy écrit magnifiquement bien. Il a une écriture très poétique et certains passages m'ont fait versé une petite larme... J'aurais pu vous écrire de nombreux passages dans la catégorie "citations" tellement ce roman est bourré de jolies phrases et de passages émouvants.
 
La couverture : C'est une couverture jolie mais sans plus. Néanmoins, je trouve les couleurs très belles !
 
En résumé : Cet instant-là est le deuxième roman que je lis de Douglas Kennedy et c'est à nouveau une réussite. Je vous recommande grandement cet auteur si vous aimez les histoires bien construites, les personnages profonds et attachants et si vous n'avez pas peur des gros pavés !
 
 
MA NOTE :
 
 
 
CITATIONS :
 
"Voilà peut-être la question la plus difficile de toute l’aventure humaine : est-il réellement possible de toujours regarder en avant, comme on nous encourage sans cesse à le faire, ou bien devons-nous garder certains vestiges essentiels de notre passé, si douloureux soient-ils, comme un rappel que certains aspects de la vie nous transforment si profondément qu’ils nous habitent à jamais ? Pouvons-nous vraiment refermer la porte sur ce qui continue à nous hanter ?"
 
"Nous sommes incapables de changer l'histoire personnelle qui nous constitue. Nous sommes l'accumulation des paradoxes que la vie a mis sur notre chemin, stimulants ou atterrants, porteurs d'une lumière cristalline ou des plus denses ténèbres."
 
 
AUTRE AVIS :
 

6 commentaires:

  1. Il faudrait que je réitère mon expérience avec cet auteur que j'avais déjà beaucoup aimé avec L'homme qui voulait vivre sa vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le roman que tu as lu mais oui, ce serait une bonne idée car Douglas a vraiment une belle plume :)

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cet auteur... Et, ce livre me tente bien, ce serait l'occasion =)

    RépondreSupprimer