vendredi 29 novembre 2013

Salon du livre de Montreuil : J-1 !!!

 
Coucou tout le monde !!
 
Un article assez court ce soir pour vous annoncer que je vais au Salon du livre de Montreuil demain. Ma maman d'amour a accepté de m'y accompagnée. ♥
Mon programme n'est pas encore entièrement terminé mais je pense passer la majeure partie de ma journée au stand de Robert Laffont pour y voir Cat Clarke, Kiera Cass et DJ Daugherty ! Je n'ai pas leurs livres mais ce sera l'occasion parfaite pour les acheter et surtout les faire dédicacer. :3 Après, j'aimerai voir d'autres auteurs mais je me concentre sur ces trois là. ;)
 
Et vous, y allez-vous ? Voir quels auteurs ?
 
J'espère vous rencontrer !!

jeudi 28 novembre 2013

Chronique #85 : Mortels petits mensonges de Laurie Faria Stolarz

 
Titre : Mortels petits mensonges
Auteure : Laurie Faria Stolarz
Edition : Le Livre de Poche Jeunesse
Nombre de pages : 320
Date de sortie : 23 octobre 2013
 
Résumé : Depuis qu'il l'a sauvée d'un kidnapping, quatre mois plus tôt, Camélia n'a pas revu Ben. Guettant son retour au lycée, elle reste persuadée que le pire est derrière elle. Mais la réalité la rattrape et le cauchemar recommence : coups de téléphone, lettres anonymes, photos...
Simples coïncidences, canulars ? Ou Camélia doit-elle faire face à de réelles menaces ?
 
Mon avis : Je tiens à remercier Svetlana et les éditions Hachette pour cet envoi ! Clin d'œil d'ailleurs à vous, Svetlana, car un personnage secondaire porte le même prénom que vous. :)
 
C'est avec une immense joie que j'ai retrouvé l'univers si particulier et l'écriture captivante de Laurie Faria Stolarz ! Ce roman est la suite de Mortels petits secrets. Je n'ai pas lu ce dernier mais cela ne m'a posé aucun problème de compréhension car tout est bien réexpliqué. C'est un bon point positif pour ceux qui comme moi, prennent la lecture de la série en cours de route. Camélia, dans le tome 1, a apparemment été enlevée et c'est Ben qui l'a sauvé. Dans ce tome 2, elle le revoit après quatre mois sans aucun contacts entre eux. Mais ce garçon, aussi mystérieux que séduisant fait son grand retour. Mais ce retour est loin de faire l'unanimité...
 
Comme dit plus haut, j'ai retrouvé avec plaisir l'univers qui m'avait tant plu dans la saga Bleu Cauchemar. Il y a toujours autant de mystères et de suspense. Le côté "pouvoirs magiques" est toujours là même s'il est moins exploité que dans l'autre saga. Je reconnais que dans certains passages du roman, j'ai frissonné... En effet, Camélia reçoit des messages de mort. Et parfois, le suspense est vraiment à son comble et j'avais l'impression d'être Camélia et d'être moi-même menacée ! Je me suis donc sentie assez proche de l'héroïne. Cette dernière est une jeune fille unique, entourée de ses parents et de ses deux meilleures amis, Kimmie et Wes. Sa mère est tourmentée par sa propre sœur, Alexia (nous avons des extraits du journal intime de la tante de Camélia dans le roman) et donc Camélia n'ose pas parler des menaces qu'elle reçoit à ses parents. Dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé Camélia. Je me suis sentie proche d'elle. Je l'ai trouvée assez courageuse. Sa relation avec Adam m'a beaucoup plu : je trouve qu'ils vont très bien ensemble et que la relation qu'ils ont est celle que toutes les filles rêvent d'avoir ! Paradoxalement, sa relation avec Ben m'a aussi plu. Ils essayent de s'éloigner l'un de l'autre et pourtant, ils s'attirent comme des aimants. Le triangle amoureux est donc une chose que j'ai aimé et que j'ai adoré suivre !
 
Mis à part Camélia, j'ai beaucoup apprécié tous les autres personnages, particulièrement Kimmie. C'est une jeune fille très drôle et amusante. Même si elle se moque parfois de Camélia, c'est une véritable amie sur qui elle pourra toujours compter. Les piques qu'elle lance sans cesse à Wes sur sa tenue vestimentaire détendent l'atmosphère pesante. Sinon, J'ADORE complétement la couverture ! D'ailleurs, vous avez été plusieurs à me le dire. Elle me fait penser à la série Pretty Little Liars à cause du trench coat rouge. Les Little Liars comprendront !
 
C'est donc une agréable lecture. Mais, la fin m'a déçue. Je m'attendais à quelque chose de plus gros et de plus recherché. C'est vraiment dommage car j'aurai aimé finir le roman sur une note positive. J'aimerai beaucoup lire la suite (et aussi le premier tome) donc pourquoi les acheter en VO, surtout qu'ils n'ont pas l'air difficile !
 
Ma note :
 
 
"L'amour n'est pas raisonnable."

mercredi 27 novembre 2013

Film #3 : Le Majordome

 
Titre : Le Majordome
Réalisateur : Lee Daniels
Acteurs principaux : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, David Oyelowo.
Année : 2013
Genre : Drame
 
Résumé : Le jeune Cecil Gaines, en quête d'un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C'est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.
À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d'une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s'éloigne de lui et les disputes avec l'un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes.
À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l'évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l'assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des "Black Panthers", de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l'intérieur, mais aussi en père de famille… (Source : Allociné).
 
Mon avis :
Avant de vous parler de mon avis sur le film, je vais aborder le point du casting. Lee Daniels, réalisateur de Precious ou encore PaperBoy nous a gâtés. C'est Forest Whitaker qui joue le rôle de Cecil Gaines, rôle remarquablement joué. Ensuite, la star des show Américiains Oprah Winfrey interprète Gloria, la femme de Cecil. Cette animatrice télé et comédienne a su s'imprégner à merveilles de son rôle. Dans le rôle de Louis Gaines, nous retrouvons David Oyelowo, l'étoile montante d'Hollywood. Enfin, nous avons une belle brochette de personnages secondaires comme Maria Carey, Lenny Kravitz ou encore Robin Williams.
Rentrons maintenant dans le vif du sujet. Selon moi, il a deux aspects du film à analyser. Le premier est bien-sûr l'évolution des droits des noirs au Etats-Unis. Lee Daniels dénonce le racisme ordinaire qui existait aux Etats-Unis. Il ose même une comparaison avec les camps de concentration. Le film est admirablement mené. Il commence dans les années 1920, dans les champs de coton alors que Cecil n'est qu'un enfant. Sa mère se fait violée et son père est abattu devant ses yeux, de sang-froid. Puis, Cecil va devenir majordome d'abord dans la ferme où ses parents travaillaient, puis dans un luxueux restaurant et enfin, à la Maison Blanche. Il va servir les présidents suivants : Dwight David Eisenhower, John Fitzgerald Kennedy, Lyndon Baines Johnson, Richard Milhous Nixon, Gerald Rudolph Ford, James Earl Carter et Ronald Wilson Reagan. Cecil va être proche de certains présidents comme Kennedy. C'est d'ailleurs le président que j'ai préféré dans le film car il a des idées et il les assume, au prix de sa vie. Son assassinat est une scène très émouvante, j'admets que j'ai laissé coulé quelques larmes. Le désespoir de son épouse est bouleversant : elle refuse d'enlever ses vêtements plein de sang pour témoigner l'horreur de la mort de son mari. C'est l'une des scènes les plus tristes mais aussi des plus révoltantes. Cecil a deux fils : Louis et Charlie. Le premier part dans le Sud des Etats-Unis. Il va intégrer des mouvements de lutte pour les droits des noirs, malgré la désapprobation de son père. Mais cette relation entre Cecil et Louis est le second point que je trouve intéressant à étudier dans le film et j'y reviendrai un peu plus tard. La deuxième scène forte du film selon moi est l'attaque du bus par le Klu Klax Klan. Depuis très longtemps, j'entendais parlé de cette secte et de l'horreur qui s'en dégage. Mais c'est en voyant le film que j'ai vraiment réalisé la barbarie et l'ignominie de ce groupe et même des racistes en général. Ils m'ont dégoûtée. Comment des êtres humains peuvent-ils aussi haineux ? Aussi destructeurs ? Ces questions se sont posées également lors de la scène où Louis et des camarades se sont assis dans un restaurant, dans la zone pour les blancs. Ces deux scènes sont vraiments monstrueuses et révélatrices de la haine qui dévore les racistes. J'ai eu pitié d'eux, ils n'ont donc pas de vie pour saccager ainsi celle des autres ? Mis à part ces scènes révoltantes, on suit l'évolution du Civil Right Movements : Black Panthers, Malcom X... Ce film est une source d'informations remarquables sur toutes ces étapes fondamentales dans les droits des noirs aux Etats-Unis.
Ensuite, je souhaite évoquer la relation entre Cecil et son fils aîné, Louis. Étudiant, Louis, part dans le Sud afin de participer au mouvement pour l’égalité des droits civiques par la résistance pacifique chère à Gandhi et Martin Luther King ; il occupe des places réservées aux Blancs dans les restaurants et les bus, ce qui lui vaut blessures et séjours en prison. Cecil suit cet engagement avec affliction : il ne comprend pas ce militantisme et l’ingratitude d’un fils à qui il a tout donné pour mener une vie bourgeoise et paisible. Il va y avoir plusieurs scènes de disputes entre les deux hommes : une m'a d'ailleurs bouleversée. C'est quand Louis vient dîner chez ses parents avec sa petite-amie. Le comportement de cette dernière m'a dégoûtée ainsi que le peu de reconnaissance de Louis envers son père. Il semblait avoir oublier que c'est grâce à son père s'il a eu une enfance acceptable voire même agréable. Malgré cela, Louis fait preuve d'un grand courage et continue ses actions malgré l'avis de son père. C'est tout de même admirable car c'est difficile de s'engager dans une voix si nos parents ne sont pas d'accord. La scène où Louis et ses amis se font frapper dans le restaurant est bouleversante et une fois de plus, on constate le mépris des Blancs pour les Noirs. J'avais envie de pleurer mais en même temps de hurler à cause de cette rage inacceptable. Puis, Cecil va comprendre l'importance du groupe pour Louis et va finir même par le soutenir, comme lors de la scène où Louis fait un discours pour l'Afrique du Sud et que Cecil le rejoint pour manifester. Cela prouve que malgré leurs désaccords et leurs disputes, Cecil aime énormément son fils. Dans le Majordome, nous avons une magnifique relation père/fils, pas idéalisée mais vraie.
Je vous recommande grandement ce film car les acteurs sont convaincants, les scènes époustouflantes, les dialogues parfois drôles mais surtout sincères. Ce film est une perle du cinéma et l'histoire est touchante. J'espère qu'il sera récompensé aux oscars !
 
Ma note :
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
http://storage.canalblog.com/23/66/451136/66965440.gif
 
26/50 car une partie du film se passe à Washington DC.