vendredi 31 mai 2013

Bilan du mois #1 : Mai 2013

 
Voici mon premier bilan du mois !
 
Le mois de Mai 2013, c'est...
 
-La création du blog A L'encre de Plume. A travers ce blog, je me suis lancée dans une merveilleuse aventure, qui m'enrichit énormément. Déjà de superbes rencontres et je n'ai qu'un souhait, que cela continue ainsi !
 
-Mon départ dans quatre challenges, cliquez sur les liens pour les voir :
 
-Une lecture commune avec Marinette du livre Entre chiens et loups tome 1 de Malorie Blackman.
 
Mai 2013, c'est aussi...
 
-Huit livres lus et dix mangas lus !
 
-Ainsi, j'ai lu 3919 pages dans le mois, dont 1509 de mangas !
 
-L'écriture de 35 articles dont 24 chroniques.
Pour accéder à l'ensemble de mes chroniques, clique ici.
 
-Cinq nouveaux livres achetés et sept livres empruntés.
 
-Près de 1600 visites.
 
Enfin...
 
-Le partenariat avec deux magnifiques blogs : Bouquinons et Le Souffle des Mots.
 
Ce que j'en pense :
 
Je suis très satisfaite de ce mois de mai, j'ai eu un bon rythme de lecture et j'espère que je vais continuer !
 
P.S : Ne plagiez pas la "présentation" de mon article, j'y ai passé beaucoup de temps...




jeudi 30 mai 2013

Chronique #24 : Tobie Lolness tome 1 : La vie suspendue de Timothée de Fombelle

 
Titre : Tobie Lolness tome 1 : La vie suspendue
Auteur : Timothée de Fombelle
Edition : Gallimard
Nombre de pages : 312
 
Résumé : Se cachant aux creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens... Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée, condamnée à mort. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps ?
 
Mon avis : J'ai mis du temps à finir ce roman. Dans l'ensemble, c'est un bon livre, avec du suspens, de l'action... Mais dans certains passages, je l'ai trouvé enfantin. En même temps, c'est un peu un livre pour enfants. Il y a énormément de flash-back et ça m'a beaucoup embrouillée. On dirait que Tobie et les personnages ne général vivent sans cesse dans le passé. Durant ces passages, j'avais du mal à tout comprendre. Sinon, j'ai bien aimé l'histoire en général. L'enchaînement des rencontres de Tobie est très intéressant, nous pouvons comparer la gentillesse et la bonté de certains et la méchanceté des autres. On se rend compte que même si c'est dans un monde qui n'existe pas, on retrouve les mêmes comportements. Timothée de Fombelle peint aussi un tableau très réaliste. J'ai beaucoup aimé la véracité des certains mots, certaines phrases. De plus, il y a des passages très poétiques et cela rend la lecture très agréable. J'ai beaucoup aimé quand Elisha s'est fait passée pour Bulle, c'est un passage qui montre l'amour d'Elisha pour Tobie. Donc un avis plutôt mitigé sur ce premier tome. Je verrai bien si j'aime le seconde tome.

Ma note :
 
 
"Même une plume d'ange peut crever un oeil, si on la prend du mauvais côté."
 
"On n'est jamais obligé de dire les choses importantes à ses amis, mais le jour où on le fait, la vie devient plus douce."
 
Retrouvez mon avis sur le tome 2 ici.

mercredi 29 mai 2013

Chronique #23 : Fascination de Stephenie Meyer

 
Titre : Fascination
Auteure : Stephenie Meyer
Edition : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 524
 
Résumé : Bella, dix-sept ans, décide de quitter l'Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère pour s'installer chez son père. Elle croit renoncer à tout ce qu'elle aime, certaine qu'elle ne s'habituera jamais ni à la pluie ni à Forks où l'anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d'une beauté inquiétante. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? A la fois attirant hors d'atteinte, Edward Cullen n'est pas humain. Il est plus que ça. Bella en est certaine.
 
Mon avis : La saga Twilight est l'une de mes sagas favorites. Je sais que beaucoup de personnes disent que c'est une saga pour les pré-adolescentes et que Stephenie Meyer a écrit l'un des plus gros navets de l'histoire, mais je ne partage pas cet avis. J'ai lu ce roman pour la première fois lorsque j'avais 11/12 ans. Depuis, je l'ai relu 5 fois (je compte !) Je l'ai même lu en VO, en anglais. Je l'ai trouvé relativement simple à lire. Bien sûr, vu le nombre de fois que je l'avais lu et vu le film, on peut vraiment dire que je connaissais l'histoire par cœur. Je trouve l'histoire très prenante. On se met super facilement à la place de Bella, c'est un détail que j'apprécie beaucoup dans mes lectures. Bella est une adolescente banale et en emménageant chez son père, elle fait la rencontre d'Edward Cullen. Qui est ce drôle de garçon, qui fuit la civilisation dès qu'un rayon de soleil apparaît ? Elle va très vite le savoir puisque qu'elle va mener quelques investigations à travers ces découvertes. J'ai trouvé Bella agréable et intelligente. Certes, elle est un peu niaise à certains moments mais je trouve que ça donne un certain charme à l'histoire. J'ai ADORE Edward ! Il est très amoureux de Bella et son comportement avec elle est juste adorable. Il peu paraître un peu collant, des fois. J'ai bien aimé la famille Cullen, surtout Alice. Elle est excentrique et joyeuse, ça apporte beaucoup de bonne humeur au roman. L'histoire en elle-même est très intéressante même si l'action met un peu de temps à démarrer. Bref, un premier tome génial, que j'ai vraiment adoré !
 
Ma note :
 
 
"- Si quelqu'un te mettait au défi de manger de la terre, le ferais-tu? s'enquit-il, condescendant.
- C'est déjà arrivé, avouais-je en plissant le nez. Ce n'était pas si terrible.
- J'aurais dû m'y attendre."
 
"Je n'ai jamais beaucoup réfléchi à la manière dont je mourrais - même si, ces derniers mois, j'aurais eu toutes les raisons de le faire - mais je n'aurais pas imaginé que ça se passerait ainsi.
Haletante, je fixai les yeux noirs du prédateur, à l'autre bout de la longue pièce. Il me rendit mon regard avec affabilité.
C'était sûrement une bonne façon d'en terminer. A la place d'un autre, d'un que j'aimais. Noble, pourrait-on dire. Ca devrait compter en ma faveur.
si je n'étais pas partie pour forks, je ne me serais pas retrouvée dans cette situation, j'en avais conscience. Pourtant, aussi terrifiée que je fusse, je n'arrivais pas à regretter ma décision. Quand la vie vous a fait don d'un rêve qui a dépassé toutes vos espérances, il serait déraisonnable de pleurer sur la fin.
Ce fut avec un sourire aimable et tranquille que le chasseur s'approcha pour me tuer." (Prologue)
 
"- C’est donc ce à quoi tu rêves ? Devenir un monstre ?
- Pas tout à fait, mon rêve c’est surtout d’être avec toi pour l’éternité."
 
"J’inspectais les alentours afin de m’assurer que la voie était libre lorsque je remarquai une silhouette blanche et immobile. Edward Cullen s’appuyait contre la porte avant de la Volvo, à trois voitures de là, et me fixait. Aussitôt, je fis marche arrière, manquant, dans ma hâte, d’emboutir une Toyota Corolla rouillée. Heureusement pour elle, j’enfonçai la pédale de frein à temps. C’était exactement le genre de véhicule que ma camionnette aurait réduit en bouillie. Je pris une profonde inspiration et, veillant avec application à ne pas le regarder, je repris ma manœuvre, avec plus de succès ce coup-ci. Raide comme un piquet, je dépassai la Volvo – j’aurais juré qu’Edward riait."
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
http://storage.canalblog.com/23/66/451136/66965440.gif
3/50
Fascination pour l'état du Washington

mardi 28 mai 2013

Chronique #22 : Delirium livre 3 : Requiem de Lauren Oliver

 
Titre : Delirium livre 3 : Requiem
Auteure : Lauren Oliver
Edition : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 414
 
 
 Résumé : Alex est revenu. Le premier amour de Lena n'est pas mort. Mais il a changé.
Les mois de torture, la lutte de chaque jour dans une nature hostile, la menace qui pèse sur la résistance plus grande que jamais : Alex n'est plus le même.
Hana non plus. Hana qui a été opérée.
Hana qui va se marier. Hana qui doute.

Imaginez qu'on vous prive de tout sentiment.
Que la liberté ne soit plus qu'un vieux souvenir dénué de sens.
Jusqu'où iriez-vous pour garder le droit d'aimer ?

Mon avis : J'ai trouvé ce tome un peu déçevant. C'est le dernier tome de Delirium comme c'est une trilogie et beaucoup de questions que je me pose restent sans réponses. J'ai trouvé la fin un peu bâclée, je m'attendais à quelque chose de plus grandiose, de plus fantastique et surprenant comme l'avait été les deux premiers tomes (surtout le premier). Il manquait quelque chose de sentimental à ce tome. C'est peut-être ce qui m'a le plus dérangée. Bref, assez du côté négatif. Ce dernier tome m'a fait rencontré des personnages très intéressant comme Pippa. De plus, j'ai beaucoup aimé l'alternance entre les points de vue de Lena et de Hana. Cette dernière m'avait d'ailleurs énormément manqué. Mais je l'ai trouvé un peu trop sage. On se rend compte que le Protocole ne l'a fait entièrement "tranformée", mais c'était assez prévisible. Beaucoup de suspens et de choses étonnantes dans ce roman ! Nous aurons des réponses à des questions datant du premier tome et ces réponses sont pour le moins étonnantes ! Vraiment ! Ainsi, mon point de vue sur un personnage a énormément changé et m'a déçue. En tout cas, Lauren Oliver a ce don de constamment nous surprendre. Cette saga est l'une de mes préférées, elle est enrichissante et fait énormément réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons. Sur nos lois, nos droits, nos devoirs... Lisez-là, vous ne le regretterez pas. "Faites tomber les murs".
 
Ma note :
 
 
« Qui sait ? Peut-être qu'ils ont raison. Peut être que nous sommes en train de devenir fous à cause de nos émotions. Peut être que l'amour est une maladie, et que nous serions mieux sans.
Mais nous avons choisi un chemin différent. Et c'est tout le point d'échapper au remède : Nous sommes libres de choisir. Nous sommes même libres de faire les mauvais choix. »
 
« Tu ne peux pas aimer, pas entièrement, avant d'être aimé en retour. »
 
« Nous voulions la liberté d'aimer. Nous voulions la liberté de choisir. Maintenant nous devons nous battre pour l'avoir. »
 
Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 2 ici.


lundi 27 mai 2013

C'est lundi, que lisez-vous ? #4

 
Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person' Journey Trough a World of Books.
Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.
 
C'est ce que j'ai lu la semaine passée :
 
J'ai juste lu en entier Cher Inconnu de Berlie Doherty car je lis pas mal de livres en même temps.
 
 
Ce que je suis en train de lire :
 
Je lis Tobie Lolness de Timothée de Fombelle, The Fault in Our Stars de John Green, No et moi de Delphine de Vigan (je l'ai eu ce matin mais j'ai déjà lu une soixantaine de pages) et Un sac de billes de Joseph Joffo.
 
    
 
Ce que je lirai ensuite :
 
Je n'en ai aucune idée pour l'instant. J'irai où me portera mon esprit...

In My Mailbox #3

 
In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris en français par Lilie du blog La Bibliothèque de Lilie.
Aujourd'hui le récapitulatif des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir.
 
Mes recrues de la semaine :
 
Je sais, j'ai un jour de retard pour mon IMM. En effet, je n'avais aucun nouveau livre dans ma PAL hier. Mais ce matin, j'ai pris au CDI No et Moi de Delphine de Vigan ainsi que Le Palanquin des larmes de Chow Ching Lie. Donc voilà, excusez-moi du retard.
 
 
 
Et vous, quelles sont vos nouvelles recrues ?

dimanche 26 mai 2013

Chronique #21 : Eternels tome 2 : Lune Bleue d'Alyson Noël

 
Titre : Eternels tome 2 : Evermore
Auteure : Alyson Noël
Edition : Michel Lafon
Nombre de pages : 320 (j'ai lu le poche mais l'image est celle du grand format)
 

Résumé : Ever apprend à maîtriser ses récents dons d'immortelle avec Damen, son âme soeur, qui l'initie aux pratiques de son nouveau monde, l'Eté perpétuel. Ils peuvent enfin vivre le parfait amour, jusqu'au jour où Damen est frappé d'un mal inconnu qui détruit peu à peu sa mémoire, son identité et met sa vie en péril.
Prête à tout pour le sauver, Ever explore les dimensions mystiques de l'Eté perpétuel, où elle découvre le passé de son grand amour - une terrible histoire qu'il espérait lui cacher...
 

Mon avis : Ce second tome est riche en rebondissements ! Croyant être tranquilles et heureux pour l'éternité, Ever et Damen vont accueillir un nouveau camarade de classe : Roman. Dès son arrivée, Damen va changer : il va s'éloigner d'Ever et va même finir par la détester et dire que c'est une folle. Il va se moquer d'elle et tout le lycée sera contre Ever. Roman admirera la scène, satisfait. Mais Ever ne se laisse pas abattre, elle fait tout pour comprendre pourquoi Damen a changé et comment le guérir. J'admire sa bravoure, son courage. Elle continue à rester forte alors que tout le monde est contre elle.  J'ai trouvé ce personnage beaucoup plus recherché et intéressant que dans le premier tome. Les découvertes qu'elle fait sont surprenantes et très intéressantes.  La fin est géniale et nous ne demandons qu'à savoir la suite ! Roman est un personnage que j'ai à a fois aimé et détesté. Je l'ai aimé car il a réveillé la combativité d'Ever, grâce à lui, elle avait un "but". Je l'ai aussi détesté car il fait des choses horribles. De plus, il est arrogant et j'ai horreur de cela. Comme vous avez pu le constater par rapport à mon avis sur premier tome, j'ai préféré celui-là où j'ai trouvé Ever vraiment plus intérressante et même, attachante. Comme quoi, il ne faut pas abandonner une série même si le début nous plaît pas tellement.
 
 
Ma note :
 
 
"Je me précipite à sa rencontre. Sa peau est moite, glacée, son visage est à faire peur. Et ses yeux noirs qui recelaient tant de promesses et de chaleur sont chassieux et larmoyants, presque aveugles. Ses lèvres ont beau être sèches et craquelées, je ressens l'envie irrésistible d'y poser les miennes. Même amoindri, c'est toujours Damen. Mon Damen. Jeune ou vieux, en bonne ou mauvaise santé, peu importe. C'est le seul qui ait jamais compté à mes yeux, le seul que j'aie vraiment aimé. Ni Roman ni personne n'y pourront rien changer."
 
Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici. 

samedi 25 mai 2013

Chronique #20 : Delirium livre 2 : Pandemonium de Lauren Oliver

 
Titre : Delirium livre 2 : Pandemonium
Auteure : Lauren Oliver
Edition : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 375
 
Résumé : Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu'est l'amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant.
Aujourd'hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Quand une nouvelle rencontre remet en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d'aimer : cela a-t-il vraiment un sens ?
Imaginez qu'on vous prive de tout sentiment.
Que la liberté ne soit plus qu'un vieux souvenir dénué de sens.
Jusqu'où iriez-vous pour garder le droit d'aimer ?
Plongez dans l'inoubliable trilogie DELIRIUM.


Mon avis : J'ai relu ce livre récemment. Je l'avais déjà lu mais c'est comme si je l'avais découvert. J'ai adoré cette suite ! L'alternance entre le "Avant" et le "Maintenant" est vraiment originale et astucieuse car si on commence à être ennuyé par l'une des deux situations, l'autre arrive et on change de décor. Le "Avant" décrit la vie de Lena dans la Nature, en compagnie de tous les autres Invalides. Le "Maintenant" décrit la vie de Lena dans la Résistance, son parcours dans la mission qui lui a été confiée. Beaucoup de passages sont émouvants, notamment, des décès. Dans le "Maintenant", Lena va se rapprocher de Julian. Ils vont être kidnappés et ils doivent vivre ensemble, dans une minuscule cellule. Lena m'a beaucoup déçue vis-à-vis de son comportement avec Julian. J'ai l'impression qu'elle a oublié Alex, qu'il n'existe plus. Qu'elle l'a rayé de son univers. Ça me rappelle ce que j'ai ressenti dans Hunger Games, quand Katniss se rapproche de Peeta et oublie presque Gale. Bref. Même si ce comportement chez Lena m'a déplu car je suis à fond pour Alex, j'ai admiré cette jeune femme. Elle a fait preuve d'une grande combativité, de beaucoup de courage et elle ne perd pas espoir. C'est une immense qualité. Il y a énormément de combats dans ce tome, il est plus dur et sanglant. On revoit deux personnages très importants, deux personnages clés de l'histoire. Mais je ne vous dis pas qui ! Et la fin ! Dieu, quelle fin ! Une fois de plus, Lauren Oliver nous donne envie de nous jeter sur la suite tellement la fin est surprenante. Bref, vous l'aurez compris, un deuxième tome haut en couleurs et envoûtant. Toujours aussi bien écrit. Bravo à l'auteure !

 

Ma note :

 
 
"L'avenir se bâtit sur n'importe quoi.
Une poussière, une étincelle. Un désir d'avancer, lentement, un pied devant l'autre.
On peut construire une ville magnifique à partir de ruines."
 
"Une fois qu'on permet à l'amour de pénétrer dans son coeur, de s'enraciner, il s'étend, comme une moisissure, et gagne le moindre recoin sombre. Avec lui viennent les questions, les frissons, les peurs qui terrassent. De quoi ne plus jamais trouver le sommeil."
 
"Un monde sans amour est aussi un monde sans enjeux."

Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 3 ici.

jeudi 23 mai 2013

Chronique #19 : 17 Lunes de Margaret Stohl & Kami Garcia

 
Titre : 17 Lunes
Auteures : Margaret Stohl et Kami Garcia
Edition : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 567
 

Résumé : Je n'aurais jamais imaginé que Lena pourrait me fuir ou me cacher des choses. Qu'un jour arriverait où nous ne nous comprendrions plus. Mon statut de Mortel m'interdisait l'accès au monde des Enchanteurs, mais était-ce une raison pour rompre tout lien ?
Après le désastre du seizième anniversaire de Lena, j'avais pensé que l'aimer et la soutenir suffiraient. Mais il fallait croire que je m'étais trompé. Et que notre amour, indestructible hier, était à présent voué à l'échec ?
L'amour est-il encore plus fort que le destin ?



Mon avis : Deuxième tome excellent, comme le premier. Le début est assez triste, en même temps c'est logique. La relation entre Ethan et Lena va beaucoup évoluer. Ils vont même énormément s'éloigner. Lena va se consoler dans les bras de John et Ethan, dans les bras d'Olivia. A propos de cette dernière, mon avis est très mitigé. Autant j'ai pu la trouver super gentille et agréable, autant elle a pu m'énerver, mais vraiment m'énerver. J'ai bien aimé Lena, elle a pris un peu d'indépendance dans ce tome même si ce n'est pas forcément de la bonne façon. J'ai de nouveau adoré les grandes tantes d'Ethan, elles sont tout simplement attachantes. Sinon, par rapport, à l'histoire, cela s'est compliqué et c'est de plus en plus difficile à comprendre. Il faut vraiment être concentré quand on le lit car sinon, on risque de louper un nom ou l'explication d'un pouvoir et ne plus rien comprendre après. En effet, de nouveaux personnages et donc de nouveaux pouvoirs entrent en jeu dans ce tome. En résumé, un très bon roman que je vous conseille (si vous avez lu le premier bien sûr) mais à lire avec attention.

Ma note :

 
"La Lumière contient une part de Ténèbres, et vice versa."
 
"Lena était ma destination. J'allais toujours vers elle, même quand je n'y allais pas. Même quand elle ne venait pas à moi."
 
"Ce qu'il y avait de bien avec Link, c'est qu'il ne posait jamais de questions. Il fonçait, point barre. Il avait foncé lorsque nous avions essayé de découper un pneu pour fabriquer une balançoire. Il avait foncé quand je l'avais aidé à construire un piège à alligator dans mon jardin, et chaque fois que j'avais volé La Poubelle pour traquer une fille dont le reste du lycée considérait qu'elle était un monstre. C'était une grande qualité, chez un meilleur copain, et, parfois, je me demandais si j'aurais fait la même chose pour lui, au cas où les rôles avaient été inversés. Parce que j'étais toujours celui qui tergiversait, et lui toujours celui qui relevait le défi sans broncher."
 
Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 3 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 4 ici.

mardi 21 mai 2013

Chronique #18 : Cher inconnu de Berlie Doherty

 
Titre : Cher inconnu
Auteure : Berlie Doherty
Edition : Gallimard
Collection : Scripto
Nombre de pages : 256
 
Résumé : La vie est facile et légère pour Chris et Helen. Ils s'aiment. Quand Helen découvre qu'elle est enceinte, elle n'a que seize ans. L'univers bascule. A qui parler, que faut-il faire ? Elle entreprend de se confier à cet être qui prend peu à peu possession de sa vie, de son corps. Cet inconnu qu'elle rejette tout d'abord puis qu'elle apprend à accepter. Ses relations avec Chris, avec ses parents, avec ses amis se transforment, ses certitudes sont ébranlées.Rarement roman traitant d'un sujet aussi essentiel n'a été plus juste, plus fin, et personnages, plus attachants.
 
Mon avis : Le résumé promet une histoire vraiment touchante et émouvante, une histoire racontée avec justesse et où les sentiments seront présents. J'en attendais donc beaucoup, vu le résumé élogieux. Hélas, j'ai été un peu déçue. Je ne me suis pas attachée aux personnages, sauf à Chris. Il m'a fait beaucoup de peine. Il est plutôt joyeux mais dès que c'était le narrateur, j'étais triste. Je ne sait pas vraiment pourquoi. Peut-être est-ce sa naïveté ? Son romantisme ? Son amour envers Helen ? Tellement de choses font de lui un personnage vraiment attachant. Mais Helen. Alors là, je n'ai pas du tout accroché avec elle. J'ai trouvé ses décisions injustes. Mais après tout, je peux comprendre son désarroi face à la situation et donc ses difficultés à choisir mais au final, je pense qu'elle a fait le mauvais choix. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture, le fait d'alterner le genre épistolaire (les lettres "Cher Inconnu") et la narration qui est faite par Chris. J'ai adoré aussi le travail de Berlie Doherty car nous avons le droit à tous les points de vue : celui des principaux concernés, celui des parents, celui des amis... L'auteure nous fait passer un message de manière habile et touchante. Je suis un peu mitigée sur la fin mais je n'arrive toujours pas à trouver une fin qui aurait pu la remplacer alors peut-être que c'est cette dernière la meilleure. Je vous recommande ce roman, un sujet délicat traité avec soin. 
 
Ma note :
 

"Je ne savais pas à quel point j'aimais ta mère jusqu'à ce jour où elle m'a dit qu'elle me quittait. On aurait pu croire que je la haïrais. C'est ce que j'ai fait plus tard, il n'est agréable pour personne d'être quitté. Je l'ai haïe parce qu'elle ne voulait plus de moi et parce qu'elle brisait une famille. Je ne voulais pas voir arriver cela et je ne pouvais rien faire pour l'en empêcher. (...) Si elle avait été morte, vois-tu cela aurait été plus facile à supporter. On arrive toujours à s'arranger avec la mort. Il y a l'enterrement, les fleurs, les larmes. C'aurait été terrible mais au moins, j'aurais été certain qu'elle ne serait jamais revenue. Je me serais fait à ma vie, avec vous. Mais quand la personne est encore vivante, il y a toujours une chance pour qu'elle revienne, et ça, on y pense presque tout le temps. Je voulais qu'elle revienne, malgré toute la haine que j'avais pour elle."

"C'est étrange de penser qu'on peut tomber amoureux et ne plus s'aimer, que l'amour peut se transformer en haine, et que ce sont les gens qui nous ont le plus aimé qui nous ferons le plus de mal."

"A une époque nous avions été tout l'un pour l'autre."

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Participation pour le challenge Le Tour du Monde en 8 ans !

history lesson 3: none
2/70 avec Berlie Doherty pour l'Angleterre

lundi 20 mai 2013

Chronique #17 : Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

 

Titre : Elle s'appelait Sarah
Auteure : Tatiana de Rosnay
Edition : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 402

Résumé : Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible.
Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie à jamais.
Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation.
Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans 34 pays.

Mon avis : Je suis "passionnée" des livres et films basés sur des faits historiques de la Seconde Guerre mondiale. En voyant donc cette couverture qui m'a de suite attirée et en ayant lu le résumé, je savais que ce livre me plairait. Et il ne m'a pas déçue. Cette histoire m'a beaucoup touchée. J'ai adoré l'alternance entre les deux personnages : Sarah et Julia. Les personnages sont très attachants. A l'aide de ce roman, on en apprend encore et toujours plus sur cette horrible rafle, celle du Vélodrôme d'Hiver. Certaines découvertes sont surprenantes. Tout dans ce récit est bouleversant, poignant. J'ai pleuré en le lisant. A la fin, ma gorge était nouée et je souhaitais de tout coeur que tout ceci ne fut que mensonges, que ces pauvres gens n'aient pas vécu l'horreur décrite. Mais si. Elle s'appelait Sarah est une giffle que l'on se prend. On se rend compte à quel point les gens ont souffert et à quel point les humains peuvent-être cruels. Avec ce roman, l'histoire nous est rappelée. Et il ne faut pas oublier cette terrible page de l'Histoire. On se doit de s'en souvenir, pour leur rendre hommage, pour ne pas les oublier. Ce livre est l'un de mes préférés et je vous le recommande. Attention aux âmes sensibles car c'est réellement un livre dur. Et dire que le ministère de l'Intérieur se trouve à la place du Vel' d'Hiv'... Quelle ironie, comme dirait Julia...

Ma note :


"Michel.
Dans mes rêves, tu viens me chercher.
Tu me prends par la main et tu m'emportes.
Cette vie est trop dure à supporter.
Je regarde la clef et je voudrais remonter le temps et que tu sois là.
Je voudrais que reviennent ces jours d'innocence et d'insouciance d'avant la guerre.
Je sais que mes blessures ne se refermeront jamais.
J'espère que mon fils me pardonnera.
Il ne saura jamais.
Personne ne saura jamais.
Zakhor, Al Tichkah. Souviens-toi. N'oublie jamais."

" Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 Juifs furent arrêtés dans Paris et sa banlieue, déportés et assassinés à Auschwitz. Dans le Vélodrome d'Hiver qui s'élevait ici, 4 115 enfants, 2 916 femmes, 1 129 hommes furent parqués dans des conditions inhumaines par la police du gouvernement de Vichy par ordre des occupants nazis. Que ceux qui ont tenté de leur venir en aide soient remerciés. Passant, souviens-toi !"


C'est lundi, que lisez-vous ? #3


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person's Journey Trough a World of Books.
Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

 C'est ce que j'ai lu la semaine passée :
 
J'ai lu le tome 10 du manga Nana d'Ai Yazawa et Entre chiens et loups tome 1 de Malorie Blackman, dans le cadre du Baby Challenge Jeunesse 2013 et d'une lecture commune avec Marinette.  
 
 
 
 
 
Ce que je suis en train de lire :
 
Je lis Cher Inconnu de Berlie Doherty. J'en suis vers la moitié et j'aime bien. Je lis aussi The Fault in Our Stars de John Green. J'en suis au début. Pour l'instant, j'adore et je ne trouve pas que c'est compliqué.
 
 
 
Ce que je lirai ensuite :
 
Je mets de nouveau Tobie Lolness tome 1 de Timothée de Fombelle à lire.
 

dimanche 19 mai 2013

Chronique #16 : Entre chiens et loups de Malorie Blackman


Titre : Entre chiens et loups
Auteure : Malorie Blackman
Edition : Milan
Collection : Macadam
Nombre de pages : 396

Résumé : Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir et riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s'affrontent à coups de lois racistes et de bombes. C'est un monde où Callum et Sephy n'ont pas le droit de s'aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d'un rebelle clandestin...
Et s'ils changeaient le monde ?

Mon avis : Le résumé nous promet déjà une histoire passionante. Dans ce roman, Malorie Blackman n'aborde pas un nouveau thème puisqu'il traite du racisme. Mais ce thème dur est manié avec dextérité et fraîcheur car l'histoire que nous a pondu Malorie est tout sauf commune. Il est temps de rentrer dans le vif du sujet. Le roman a une double narration. On assiste à l'histoire selon de le point de vue de Sephy et Callum. Perséphone Hadley, dite Sephy, est une Prima (noire) et vit dans un milieu très aisé. En effet, son père est ministre et il est reconnu dans tout le pays. Sephy vit avec sa mère, Jasmine qui est une alcoolique finie. Elle enchaîne les verres de chardonnay et ne se rend même pas compte de la peine qu'elle cause à ses deux filles. Ses deux filles car Sephy a une soeur, qu'elle appelle Minnie, de son vrai prénom, Minerva. Ses deux jeunes filles sont constemment en froid et ne sont jamais d'accord. Mais au fil de l'histoire, on va découvrir que malgré leur relation conflictuelle, les deux soeurs s'aiment. Jusqu'au jour où Minerva trahit sa soeur. Doit-on lui en vouloir ou au contraire être d'accord avec son choix ? Chaque lecteur a sa propre vision. J'ai aimé Sephy, sa naïveté et sa loyauté envers Callum et les Nihils en général. Elle n'est pas comme sa famille. Le second personnage principal est Callum McGrégor. C'est un Nihil, donc un blanc. Il vit avec ses deux parents ainsi que son frère et sa soeur. J'ai détesté son frère, Jude, du début jusqu'à la fin. A vrai dire, je le hais. Il a un comportement égoïste et nombriliste. Il croit faire avancer le monde mais en réalité, il le détruit. Ou du moins, n'arrange pas la situation. A l'inverse, j'ai trouvé en Lynette, leur soeur, une fragilité émouvante. Elle est très douce et calme, c'est la lumière de la maison McGrégor. Mais pour Callum et sa famille, tout va basculer après sa disparition. Sephy et Callum vive une histoire d'amour passionnante. Ils vont être ensemble, se séparer, retourner ensemble et ainsi de suite. Ils s'aiment à se déchirer. Ce sont des Roméo et Juliette modernes. Les Prima et les Nihils vivent dans un monde d'une sauvagerie et d'une violence impitoyables. On découvre un monde égoïste et détestable sur tous les plans. Mais, malheureusement, cela sonne tellement vrai... Durant cette lecture, toutes les émotions m'ont traversée : colère, haine, pitié, tristesse, désespoir, joie... Toutes. Comme dirait mon père, c'est un "bougi-boulga" émotionel, que je ne peux que recommander. Je n'ai qu'une seule chose à dire pour résumer ce chef-d'oeuvre : lisez-le. Malorie Blackman emploie les mots justes, il n'y a ni mensonge, ni enjolivure. Nous ne pouvons que réfléchir et nous poser des questions sur notre comportement, après cette lecture. J'ai lu ce livre dans le cadre du Baby-challenge Jeunesse mais aussi pour une lecture commune avec Marinette. Je pense (je peux même affirmer) que ce roman a autant plu à Marinette qu'à moi et je vous recommande de lire sa chronique qui est tout simplement magnifique.

Mon avis :


"Callum m'a regardée. Je ne savais pas, avant cela, à quel point un regard pouvait être physique. Callum m'a caressé les joues, puis sa main a touché mes lèvres et mon nez et mon front. J'ai fermé les yeux et je l'ai senti effleurer mes paupières. Puis ses lèvres ont pris le relais et ont à leur tour exploré mon visage. Nous allions faire durer ce moment. Le faire durer une éternité. Callum avait raison : nous étions ici et maintenant. C'était tout ce qui comptait. Je me suis laissée aller, prête à suivre Callum partout où il voudrait m'emmener. Au paradis. Ou en enfer."

"Je ne sais pas combien de temps je suis resté sur la plage. J’ai vu le soleil disparaître derrière la ligne d’horizon. La nuit est tombée. Pourquoi ma vie était-elle soudain devenue si compliquée ? L’an dernier, je ne rêvais que d’une chose : être admis au collège de Sephy. J’ai passé du temps à réviser, à travailler. Et je n’ai pas pensé à ce qui se passerait une fois que j’y serais. Je n’avais pas réalisé que je serais aussi … indésirable. Et à quoi ça servirait, de toute façon ? Suivre ces cours ne m’ouvrait aucune possibilité d’obtenir un travail intéressant. Les Primas ne m’emploieraient que pour des fonctions subalternes. Alors pourquoi est-ce que je me donnais tant de mal ?
J’avais envie d’apprendre. Un gouffre au fond de moi demandait à être nourri de savoir, de mots, d’idées … comment pourrais-je être heureux à présent si je n’ai plus accès à toute cette masse de connaissances ?
J’essayais de toutes mes forces de comprendre pourquoi le monde fonctionnait de cette manière. On prétendait que les Primas étaient plus proches de Dieu. C’est ce qu’affirmait le livre sacré. Le fils de Dieu avait la peau noire comme eux. Les mêmes yeux qu’eux, les mêmes cheveux qu’eux. C’est ce qu’affirmait le livre sacré. Le livre sacré affirmait tant de choses. Il demandait aux êtres humains d’ « aimer leur prochain » et de « ne pas faire aux autres ce que l’on ne voulait pas qu’ils nous fassent ». Est-ce que le message le plus important du livre sacré n’était pas « vivre et laisser vivre » ? Alors comment les Primas pouvaient-ils se prétendre élus de Dieu et nous traiter de cette façon ? C’est vrai, l’esclavage n’existait plus, mais Papa disait que seul le mot avait disparu. Papa ne croyait pas aux paroles du livre sacré. Maman non plus. Ils disaient que ce livre avait été écrit et traduit par des Primas et qu’ils l’avaient modifié à leur avantage. Mais comment modifier la vérité ?
Nihil. Même le mot était négatif. Nihil. Néant. Négation. Néant. Ce n’est pas nous qui nous étions choisi ce nom. Pourquoi nous l’avoir octroyé ?
– Je ne comprends pas …
Les mots sont sortis de ma bouche et se sont envolés vers le ciel."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://img600.imageshack.us/img600/2981/jeunesse.png

4/20

Lecture commune avec Marinette. C'était super sympa et j'espère que nous pourrons renouveler l'expérience. =)

samedi 18 mai 2013

Chronique #15 : Une Vie de Guy de Maupassant


Titre : Une Vie
Auteur : Guy de Maupassant
Edition : Pocket
Collection : Classiques
Nombre de pages : 264 (sans le dossier à la fin)

Résumé : Conduite par son père au sortir du couvent, la jeune Jeanne traverse la campagne normande et découvre la château dans lequel elle va vivre, aimer, avoir un enfant et connaître la plus banal et le plus exemplaire des destins. Choqué, le public de l'époque n'est pas préparé à tant de vigueur, de crudité et d'intime vérité. Coeur simple égaré dans la médiocrité et le cynisme ordinaires, Jeanne nous touche pourtant avec autant de force que Madame Bovary, sa grande soeur aînée.

Mon avis : J'ai adoré le personnage de Jeanne, sa naïveté, son innocence, ses malheurs... J'ai adoré ses parents également, de voir l'amour qu'ils lui portent. Jeanne va rencontrer Julien, un garçon dont elle va s'éprendre. Au début, tout va bien se passer entre eux : le mariage, le voyage de noces... Alors même qu'ils ne seront pas encore arrivés chez eux, après ce voyage, Julien va changer. Au fil des pages, on va découvrir un personnage calculateur, un véritable goujat. Il va vouloir prendre le contrôle de sa pauvre femme, de son argent, de son corps. Un accident va arriver -enfin pas tellement un accident que ça- et Julien va mourir, avec sa maîtresse. Jeanne va se retrouver seule puis un nouveau personnage va apparaître son fils. Ce dernier va grandir et pompera tout l'argent de sa mère, aveuglée par l'amour qu'elle lui porte. J'ai adoré ce roman. J'ai retrouvé la thèse de l'hérédité, des tares, que Zola avait mise en avant dans l'Assommoir, roman que j'ai littéralemant adoré. Maupassant a parsemé son roman de merveilleuses descriptions, qui ne sont pas du tout lourdes et superficielles. L'écriture de Maupassant est riche, passionnée et envoûtante. Nous sommes plongé dans le récit à une vitesse affolante. Tout s'enchaîne et on veut savoir la suite. Dans ce roman, on retrouve le rôle et la condition de la femme au XIXème siècle, une place mineure et assez inexistante. Un classique que je vous recommande car il est juste, il raconte la vérité. Maupassant est un héros dans son genre.

Ma note :


"La vie, voyez-vous, ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit".

vendredi 17 mai 2013

Chronique #14 : Eternels tome 1 : Evermore d'Alyson Noël


Titre : Eternels tome 1 : Evermore
Auteure : Alyson Noël
Edition : Michel Lafon
Nombre de pages : 364

Résumé : Quand Ever perd sa famille dans un accident tragique, elle reçoit soudain un don terrifiant : celui de lire dans l'esprit des gens. Elle évite alors tout contact avec les élèves du lycée... Jusqu'au jour où elle rencontre Damen.
Il est d'une beauté inquiétante. Toutes les filles se le disputent mais c'est à Ever qu'il s'intéresse. Or c'est la seule âme qu'elle ne peut déchiffrer. Damen n'est pas un simple mortel, Ever en est certaine. Elle sait aussi qu'elle est irrémédiablement attirée par lui.

 
Mon avis : J'ai bien aimé Eternels mais j'ai eu l'impression de "déjà vu". On aurait dit une sorte de mélange de plein de sagas comme Twilight ou Midnighters. Beaucoup de passages sont longs et sans importance. Ever, l'héroïne m'a agacée. Je la trouve fade et inintéressante. Elle ressemble à d'autres personnages de romans comme Bella car elle se sent tout le temps coupable. Je n'ai pas trouvé son raisonnement très poussé. Le personnage masculin, Damen, ne m'a pas convaincue. Je ne le trouve pas du tout charismatique. Par contre, j'ai adoré Riley, la soeur d'Ever. Elle apporte de la joie et de la fraîcheur au roman. Elle est très intelligente et originale, je trouve. Sinon, en soi, l'histoire est pas mal et le suspens est présent. Les chapitres sont courts, chose que j'aime beaucoup car ça permet de s'arrêter de lire plus facilement. De plus, je trouve la couverture très jolie. En résumé, malgré quelques passages "gnan-gnan" et des personnages pas très poussés et recherchés, l'intrigue est plutôt bien. L'histoire se lit facilement. Je vais lire la suite. C'est Solène qui m'a conseillé ce livre et j'en remercies car c'est une bonne découverte tout de même.

Ma note :


"Tu dis que tu n'as jamais voulu me faire de mal, mais regarde ce que tu as provoqué ! Tu m'as détruite, tu as complètement gâché ma vie, et tout ça pour quoi ? Pour que je reste seule ? Pour que je vive comme une folle solitaire le restant de mes jours ? Je te déteste pour le souffrance que tu as causée, pour ce que tu m'as obligée à devenir ! Je te déteste d'avoir été aussi égoïste ! Je ne veux plus te revoir, jamais !"
 
Retrouvez mon avis sur le tome 2 ici.

mercredi 15 mai 2013

Chronique #13 : Gris secret de Laurie Faria Stolarz


Titre : Gris Secret
Auteure : Laurie Faria Stolarz
Edition : Le Livre de Poche Jeunesse
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 294

Résumé : Plus de stress, ni de cauchemars. L'été est radieux. Un bungalow sur la plage suffit au bonheur de Lucy. Sans oublier Jacob qui est là, tout près d'elle. Jusqu'au jour où ça recommence. Le rêve prémonitoire le plus horrible qui soit, au sujet de leur nouvelle amie Clara. Elle est en grand danger. Et Jacob s'éloigne de Lucy. Est-il en train de la trahir ou de la protéger contre une menace qu'elle n'imagine même pas ?

Mon avis : Mon avis sur le second tome était partagé voire même, négatif... Je comptais énormément sur troisième tome pour redresser la barre. Malheureusement, ce tome n'a pas été comme je l'espérais... Je trouve l'intrigue complétement différente du premier tome voire du second tome. Il n'y a plus ce côté angoissant que j'avais tant aimé dans le premier. J'ai juste retrouve cette sensation dans le passage où Lucy, Drea et Amber s'introduisent dans la maison du photographe et qu'elles trouvent plein de clichés d'elles. Ce moment "psychopathe" était excellent mais à mon grand regret, de courte durée puisque comme je l'ai déjà dit, les chapitres sont courts... L'ensemble est plutôt platonique et l'histoire pas très crédible. En effet, le début est très intéressant avec Clara, cette nouvelle jeune fille, très dragueuse et qui veut piquer les mecs de tout le monde. Ça m'a plu parce que ça a mit un peu d'ambiance dans chaque couple. Mais quand on apprend tout sur Clara à le fin, j'ai eu beaucoup de mal à y croire car ça fait "trop". "Too much" comme dirait l'autre. Sinon, la fin est plutôt bien. Je ne m'attendais pas du tout à ça, c'est une vrai surprise. C'est un point positif. J'ai beaucoup aimé l'alternance entre journal intime/discussion audio. En résumé, j'ai bien aimé ce tome. Il n'est pas extraordinaire mais pas horrible. J'ai l'ai un peu plus préféré au second même si ça ne rattrape toujours pas Bleu Cauchemar. Vivement que je lise le dernier tome pour avoir un point de vue complet sur la saga.

Ma note :


"Je me penche pour embrasser cette larme, pour l'embrasser lui, pour passer mes doigts le long de ses bras, en espérant qu'il sait que c'est lui que je veux pour me tenir dans ses bras, toujours."
 
Retrouvez mon avis sur le tome 1 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 2 ici.
Retrouvez mon avis sur le tome 4 ici.