samedi 28 décembre 2013

Chronique #93 : Fêtes galantes de Paul Verlaine

 
Titre : Fêtes galantes
Auteur : Paul Verlaine
Edition : Folio
Nombre de pages : 38
 
Résumé : Dans l'élan de ses vingt-cinq ans, Paul Verlaine publie en 1869 les Fêtes galantes. En vingt-deux tableaux, dans le cadre badin d'un XVIIIe siècle recréé, il avoue son impérieux besoin de sentiments sincères et partagés, et cède à la sensualité des jeux amoureux. Ses poèmes résonnent de sa musique légère, entre fièvre et frivolité. Qui pourrait rester insensible à tant d'émotions, murmurées sur le ton de la confidence ?
 
Mon avis : J'ai du lire Fêtes galantes de Paul Verlaine pour mes cours de français car c'est l'une des lectures cursives obligatoires. En classe, nous avons fait la lecture analytique du poème "En sourdine", issu de ce recueil et j'ai trouvé le poème vraiment magnifique et magnifiquement travaillé. Du coup, dès que je suis rentrée chez moi le soir, après avoir fait mes devoirs, j'ai lu le recueil !
 
J'ai beaucoup aimé cette lecture. Tout d'abord, c'est un recueil très court. En effet, il y a seulement 22 poèmes. Ce que j'ai le plus apprécié c'est le fait qu'il y ait une sorte de gradation entre les poèmes. Je m'explique. Bien sûr, ce n'est pas un roman, il n'y a pas d'histoire avec des personnages, des péripéties etc. Mais pourtant, on suit une évolution dans ce recueil de poèmes. En fait, Verlaine nous parle des fêtes galantes (ce sont de somptueuses fêtes qui ont lieu dans des parcs ou des châteaux). Chez Verlaine, donc, on retrouve le décor de fêtes, les personnages théâtraux mais on retrouve surtout l'écriture d'une atmosphère d'insouciance masquant en fait une certaine mélancolie, voir un désespoir plus profond. D'ailleurs, la progression du recueil est à ce titre éclairante :  l'essentiel des poèmes porte le signe de cette dualité entre la légèreté de la fête et une instabilité plus mortifère non seulement des sentiments mais plus généralement des êtres et du monde. Les derniers poèmes du recueil se situent entièrement du côté sombre.
 
Je vous recommande donc ce recueil si vous souhaitez vous mettre à la poésie, il cumule tous les avantages ! Il est court, prenant et intéressant. ;)
 
Ma note :
 
 
"L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir".

2 commentaires:

  1. J'ai lu des poèmes lorsque j'étais étudiante et j'ai détesté ça, du coup, je ne m'y essaye plus.

    RépondreSupprimer