mardi 19 novembre 2013

Chronique #82 : Les Liaisons Dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos


Titre : Les Liaisons Dangereuses
Auteur : Pierre Choderlos de Laclos
Collection : Petits Classiques
Edition : Larousse
Nombres de pages : 464

Résumé : Météore dans la carrière de leur auteur, Les Liaisons Dangereuses fascinent par leur virtuosité, le roman par lettres autorisant un jeu permanent de miroir et de présence-absence, de l'auteur comme des personnages. La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont, les deux célèbres stratèges du libertinage, n'y séduisent pas seulement des jeunes gens naïfs, qu'ils entraînent à leur perte. Ils séduisent aussi le lecteur en laissant deviner, sous le masque du cynisme, le visage de l'amour vrai.

Mon avis : J'ai lu Les Liaisons Dangereuses, roman classique et connu de tous, dans le cadre de mes cours de français et donc directement pour les épreuves anticipées de français qui m'attendent à la fin de l'année. Vous avez pu constater, si vous consulter fréquemment mon blog que j'ai mis pas mal de temps pour venir à bout de ce roman et que je suis très satisfaite de l'avoir achevé ! Avant de vous donner mon avis dessus, je vais vous faire un rapide résumé de l'intrigue car la quatrième couverture de cette édition nous révèle peu voire rien de l'histoire, si ce n'est les noms des deux personnages principaux : la Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont.
 
Tout d'abord, il faut que vous sachiez que le roman est épistolaire, c'est donc un échange de lettres. Le roman débute avec un jeu entre les anciens amants, la marquise et le vicomte. Pour se venger de Gercourt, l'un des sans anciens (et multiples) amants, Mme de Merteuil demande à Valmont de séduire Cécile Volanges, la jeune femme, tout juste sortie de couvent, qui s'apprête à épouser Gercourt. Au départ, Valmont refuse et explique à la Marquise qu'il a une entreprise bien plus ambitieuse : séduire la vertueuse Mme de Tourvel. Devant le refus, Merteuil pousse Cécile Volanges dans les bras du Chevalier Danceny. Le roman va tourner autour de toutes ces histoires de cœur.
 
Le roman fait parti du courant libertin du XVIIIème, où le libertinage est un libertinage de mœurs -ou galant- et plus un libertinage d'esprit. Ce libertinage concerne des hommes et peu de femmes de la haute société qui multiplient les conquêtes. Dans le roman, la Marquise et le Vicomte sont les rois du libertinage mais seule la réputation de Valmont est connue : en effet, une femme ne peut être libertine à l'époque. Mme de Merteuil doit donc se cacher et c'est l'un des points forts du roman. Par exemple, la marquise devient la confidente de Cécile Volanges et de la mère de cette dernière. Dans plusieurs lettres, les deux femmes parlent de Valmont, avec crainte pour la fille et répulsion pour la seconde. C'est extrêmement jouissif de voir Cécile Volanges raconter sa relation naissante avec Valmont, en avoir peur et demander des conseils à la Marquise alors que celle-ci est à l'origine de cette relation, c'est le cerveau de l'affaire. Cette femme de la très haute société, très cultivée, brille par son intelligence. Elle est extrêmement intéressante. Parfois, j'ai admiré son audace et sa facilité à contrôler les autres, mais d'autres fois, je l'ai trouvée juste cruelle et perfide ("perfide Manon !" comprendra qui pourra).
 
Sinon, je pense que ce qui m'a le plus intéressée dans le roman est la relation entre le Valmont et la Présidente de Tourvel. La relation entre les deux personnages est riche et je changeai sans cesse d'opinion quant à Valmont. Je le haïssais à cause de ce qu'il a fait à Mme de Tourvel mais pourtant, je l'admirai aussi. Et Dieu sait que le libertin sera pris à son propre jeu ! Beaucoup de sentiments contradictoires qui me faisaient doutée comme ils ont fait douté la Présidente et la Marquise.
 
En résumé, j'ai adoré le roman mais, car il y a toujours un mais, la fin m'a déçue. Je ne vous en dirai pas plus pour éviter de vous spoiler mais c'est selon moi le point faible du roman. Je vous recommande grandement ce roman qui fait partie selon moi d'un incontournable de la littérature française. C'est, comme qui dirait, un must have.

Ma note :
 
 
"On s'ennuie de tout, mon ange, c'est une loi de la nature ; ce n'est pas ma faute."
 
"La voilà donc vaincue, cette femme superbe qui avait osé croire qu'elle pourrait me résister ! Oui mon amie, elle est à moi, entièrement à moi; et depuis hier, elle n'a plus rien à m'accorder.
Je suis encore trop plein de mon bonheur pour pouvoir l'apprécier, mais je m'étonne du charme inconnu que j'ai ressenti. Serait-il donc vrai que la vertu augmentât le prix d'une femme, jusque dans le moment même de sa faiblesse ?"

6 commentaires:

  1. J'aimerais vraiment lire ce classique :)

    RépondreSupprimer
  2. je connais le film (apres tout c'est un incontournable) mais je n'avais pas penser a lire le livre. pourquoi pas? Merci

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est qu'un détail mais ça me fait rire : la petite indication "NOUVEAU ! Reliure extra-solide" sur la couverture xD
    Bon et plus sérieusement j'aimerais beaucoup lire ce classique, ce "must have" comme tu le dis si bien ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rigolé aussi quand je l'ai vu XDDD
      J'espère que tu pourras le lire :D Il est parfait pour ton challenge 3 classiques en un mois ;)

      Supprimer