samedi 11 mai 2013

Chronique #12 : Le dernier hiver de Jean-Luc Marcastel


Titre : Le dernier hiver
Auteur : Jean-Luc Marcastel
Edition : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 441

Résumé : Un ciel de sang.
De la neige à perte de vue.
Et une forêt de pins. Des pins qui dévorent tout.
Demain, l'Hiver engloutira le monde.
Johan refuse de s'agenouiller devant le sort.
Par amour, il décide de retrouver celle qu'il aime.
Par amour, son frère Théo, va lui ouvrir la voie.
Par amour, ses amis laissent tout derrière eux pour l'accompagner.
Pour cela, ils devront pénétrer jusqu'au coeur des ténèbres...
Au coeur de leurs propres ténèbres.

Le dernier hiver est un roman bouleversant et poétique, un cri d'amour et d'espoir, mais avant tout, une histoire humaine.

Mon avis : J'ai lu ce roman il y a environ un et demi. Je n'avais pas aimé, je trouvais cela étrange et tiré par les cheveux. Mais je triais mes livres pour voir lesquels emmenés chez Gilbert Jeune. Je l'ai mis dans le sac et avant de le vendre, j'ai décidé de lui donner une seconde chance, de ne pas rester sur une note négative. J'ai plutôt bien fait. J'ai redécouvert l'histoire, je ne me souvenais de presque plus rien. Même plus de la fin, alors qu'elle n'est pas banale. Néanmoins, il n'y a pas que du positif, j'ai des remarques à faire. Je ne me suis attachée à aucun personnage, ce qui est étonnant venant de moi. Quoique c'est arrivé récemment avec Bleu cauchemar. Au début, j'aimais bien Théo. Je le trouvais mature, gentil, intelligent. Bref, un bon début. Mais il m'a de plus en plus agacée à jouer les gentils, à se laisser un peu faire et surtout à ne rien faire pour Fanie ! En parlant de cette dernière, je ne l'ai pas du tout, mais alors pas du tout aimée. Je l'ai trouvé égoïste et capricieuse. Certes, elle est courageuse, mais cela ne fait pas tout. Johan est un personnage assez complexe avec sa "double personnalité" (Corbeau). Au début, je le trouvais intéressant mais ensuite, son changement d'attitude soudain, je n'y ai pas cru. Ce n'est tout simplement pas crédible. Parlons de Khalid. C'est le seul personnage que j'ai aimé, enfin, apprécié. Je l'ai trouvé drôle et il apporte de la fraîcheur à un univers dur. Son grand père qui fait des babouches, qu'est-ce qu'on en entend parler ! Mais j'ai bien aimé ces phrases "philosophiques". En fait, j'ai été captivée par le première partie du roman, leur départ d'Aurillac... Mais la seconde partie m'a déçue. Beaucoup de choses ne semblaient pas crédibles comme le "nouveau" Johan ou l'histoire du gourou. Je crois d'ailleurs avoir décroché à ce moment-là. Mais je vais passer au positif. L'histoire est bien écrite et le style de Jean-Luc Marcastel est agréable et il y a de très belles figures de style. L'idée de pins "vampires" est originale et bien menée même si le fait que la population subisse des modifications à cause n'est pas très réaliste. J'ai beaucoup apprécié le suspens et la peur qui m'a quelque peu prise, notemment lorsque le groupe entre dans une maison abandonné. En résumé, un roman plutôt bien même s'il n'est pas très réaliste. Très agréable et surprenant dans la première partie et déçevant dans la seconde.

Ma note :


"Théo en eut la gorge serrée. Elle avait dit "je vous aime" et n'avait pas menti, mais tout au fond de ses pupilles, alors qu'elle fixait son frère, Théo, lui, entendit : "je t'aime. Je t'aime, Johan." Il repoussa, tant bien que mal, la sourde douleur qui montait dans sa poitrine."


2 commentaires:

  1. Le seconde partie m'a également bien moins plu que la précédente mais j'ai globalement aimé l'ouvrage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai parlé avec d'autres personnes et apparemment, c'est un peu l'avis "général".

      Supprimer